F.A.Q

ou « Les questions que vous me posez  le plus souvent ! »

 

Que veut dire huile essentielle ?

Huile « essentielle » ne signifie pas « essentiel » au sens indispensable, mais signifie «la quintessence de » c’est à dire le concentré ultime de la plante.

Seuls 10% des plantes de part le monde sont qualifiées d’aromatiques et peuvent fabriquer des essences.

Seuls 10 Kg de fleurs de lavande donneront 10ml d’Huile essentielle!

Ce n’est pas non plus de l’huile au sens « grasse » mais une substance très volatile, qui flotte sur l’eau.

 

Y-a-t-il une différence entre huile essentielle et essence ?

L’essence se dit pour les agrumes, on l’obtient par expression, c’est à dire en les pressant ( vous vous êtes surement déjà mis de l’essence dans l’œil en épluchant une orange !)

 

Comment reconnaître une bonne huile essentielle

Plusieurs facteurs peuvent déterminer la qualité d’une huile essentielle :
• la garantie de la reconnaissance botanique

  • l’organe producteur de l’huile essentielle
  • le chémotype de la plante
  • le mode de culture

 

La garantie de la reconnaissance botanique correspond au nom latin exact de la plante, ce qui va permettre de connaître sa variété exacte au sein de l’espèce botanique. Par exemple : Ocimum basilicum pour le basilic tropical.

Selon l’organe producteur, l’huile essentielle peut avoir des propriétés et un usage totalement différents, c’est le cas de l’huile essentielle d’Oranger par exemple.

Le chémotype, également appelé type chimique de la plante, est une référence précise qui indique le composant biochimique majoritaire et distinctif présent dans l’huile essentielle. Cet élément permet de distinguer les huiles essentielles extraites d’une même variété botanique mais de compositions biochimiques différentes.

Le chémotype est repéré grâce à une analyse chromatographique et spectrométrique qui reconnaît et identifie les molécules. Cette classification indispensable permet de sélectionner les huiles essentielles pour une utilisation plus précise, plus sûre et plus efficace.

Le mode de culture est un critère déterminant la qualité et vous permettant de savoir si un produit est bio.

 

Bio ou pas ?

La qualité bio d’une HE n’est pas un critère suffisant pour être sûr que l’HE est de qualité!

En effet, le critère bio se rapporte au mode de culture de la plante, mais ne concerne pas la qualité de la distillation, le moment de la cueillette, ni sa composition biochimique.

De plus certains pays ne possèdent pas de label bio.

Enfin de nombreuses plantes sont cueillies à l’etat sauvage et ne peuvent donc être classée bio.

Toutefois, si vos HE sont HEBBD ou HECT et Bio, c’est parfait.

 

Comment conserver les huiles essentielles ?

On peut les conserver plusieurs années, les huiles essentielles ne se périment pas, on peut même dire qu’elles bonifient avec le temps comme le bon vin!

En revanche il faut :

  • les conserver à l’abris de la lumière et de la chaleur
  • bien refermer les flacons après ouverture car elles s’évaporent très vite.

 

Toxicité des huiles essentielles ?

Les huiles essentielles sont très actives et très concentrées en principes actifs. C’est pourquoi en fonction de leur composition biochimique, du pourcentage de telle ou telle molécule, de la manière de l’appliquer, du dosage et de la durée d’application, la toxicité de chaque huile essentielle est très différente.

  •  Allergie: comme toute substance, des allergies au site d’application peuvent être constatées. Il faut toujours essayer d’aplliquer sur une petite zone.
  •  Neurotoxicité: attention aux cétones qui détruisent les gaines de myéline (bien entendu selon la voie d’administration et la dose)
  •  Dermocausticité: attention aux phénols et aldéhydes aromatiques qu’il faut bien diluer
  •  Hépatotoxicité: sur de longues périodes et à doses élevées, les phénols peuvent être toxiques

 

Bref, chaque huile a ses particularités qu’il faut connaître. Les préparations commerciales toutes faites ont pour intérêt d’avoir des compositions avec des pourcentages non nocifs.

En cas d’erreur dans l’administration, diluer à l’huile.

Eviter le contact avec les yeux et les muqueuses.

 

Existe-t-il une voie d’utilisation meilleure que les autres ?

Non, tout dépend de l’huile essentielle utilisée. Vous trouverez dans nos fiches, pour chaque produit les conseils d’usages recommandés. Les quatre voies d’utilisation sont la voie orale, la voie cutanée, la diffusion et le bain.

 

On dit qu’il ne faut jamais mettre d’huile essentielle pure sur la peau, est-ce vrai ?

Les huiles essentielles peuvent être utilisées pures pour certaines mais d’autres doivent absolument être diluées avant application.

Pour cela on peut utiliser de l’huile (macadamia, olive, sésame, noix….), de l’alcool, du lait, une crème, un shampooing, un gel au carbopol ou un solubilisant (solubol par exemple)

La dilution utilisée dépendra de l’HE utilisée, de sa voie d’administration (cutanée, orale,atmospherique…) de l’effet désiré.

En règle générale on utilise:

  • 1% en cosmetique
  • 3% pour la voie nasale,auriculaire ou vaginale
  • 5% pour la gestion du stress
  • 7% pour la circulation sanguine et lymphatique
  • 10%pour une peau sensible ou si les HE sont irritantes(cannelle)
  • 15% pour une action musculaire
  • 20% pour une action systemique(CAD qu’on recherche un passage sanguin pour une action générale sur l’organisme, chez le jeune par exemple)
  • 30% pour une action locale puissante
  • 50% si on hesite à l’emploi pur !
  • 100% pour les huiles sans risque (ex : HE de ravintsara, HE de lavande aspic pour les piqures venimeuses ou les brulures, HE de bois de rose)

 

Peut-on mélanger plusieurs huiles essentielles ?

Oui sous réserve de respecter les précautions d’emplois. Chaque huile essentielle possède des vertus spécifiques et l’association de plusieurs huiles va créer une véritable synergie au niveau de leur action. Dans tous les cas, nous vous conseillons de demander conseil à votre vétérinaire car les huiles essentielles sont soumises à des précautions d’emploi.

 

Puis-je choisir seul une huile essentielle ?

Oui. Toutefois si c’est la première fois que vous utilisez les huiles essentielles, vous devez vous assurer que ces produits sont compatibles avec l’organisme de votre animal. Faites toujours un test cutané au préalable. Si vous constatez une réaction cutanée, il vaut mieux que vous évitiez cette huile essentielle. Votre choix doit être ciblé selon l’activité que vous recherchez.

Soyez prudent, en cas de doute toujours demander conseil à votre vétérinaire.

 

Puis-je mettre une huile essentielle directement dans l’eau du bain ?

Non, les huiles essentielles ne s’utilisent jamais pures dans l’eau du bain. En raison de leurs propriétés lipophiles (affinité avec les graisses), elles ne se dissolvent pas dans l’eau et flottent à la surface. De plus, la peau étant constituée principalement de corps gras divers, les huiles essentielles vont venir s’accumuler localement sur la peau, et risquent de provoquer des irritations ou des brûlures cutanées.

Le mieux est d’utiliser une base neutre pour le bain, qui vous permettra d’utiliser les huiles essentielles dans votre bain.

Vous pouvez également les incorporer directement dans le shampoing juste avant utilisation.

 

Puis-je faire boire des huiles essentielles ?

Attention les huiles essentielles ne sont pas miscibles dans l’eau et peuvent être irritantes pour l’œsophage et l’estomac. N’utilisez pas de sucre, de miel ni de pain car cela pourrait entraîner des maux de ventre. Dans tous les cas, nous vous conseillons de demander conseils à votre vétérinaire, car toutes les huiles essentielles ne peuvent pas se consommer par voie orale.

 

Puis-je utiliser les huiles essentielles tout au long de l’année sans interruption ?

Non, les huiles essentielles ne doivent pas être prises en continu. Soyez prudent, toujours demander conseil à  votre vétérinaire.

 

Qu’apporte l’utilisation d’une huile végétale avec une huile essentielle ?

L’utilisation d’huile(s) végétale(s) permet de réduire le risque de réaction cutanée car les huiles essentielles utilisées seules peuvent être irritantes. Les huiles végétales permettent également d’obtenir un soin plus complet et d’application plus facile.

 

L’aromathérapie peut-elle remplacer un traitement allopathique ?

L’aromathérapie ne remplace en aucun cas un traitement allopathique, en revanche elle peut y être associée. Avant toute utilisation, demandez conseil à votre vétérinaire.

 

Que faire en cas d’ingestion accidentelle d’une huile essentielle ?

Ne surtout pas faire vomir l’animal car cela provoquerait une deuxième irritation de l’œsophage. Faire avaler de l’huile végétale puis consulter immédiatement un vétérinaire.

 

Que faire en cas de projection d’huile essentielle dans les yeux ?

Rincer avec de l’huile végétale et consulter immédiatement un vétérinaire.

 

Mon animal est gestante, puis-je utiliser les huiles essentielles ?

Par principe de précaution, nous vous déconseillons les huiles essentielles aux femelles gestantes et allaitantes.

 

Pourquoi utiliser de l’huile essentielle de citronnelle de Java alors que la citronnelle pousse très bien en France ?

Effectivement, de nombreuses huiles essentielles proviennent de pays très lointain, il serait plus simple de cultiver et distiller en France…

Mais la qualité de ces HE seraient complètement différente voire toxique !

Prenons comme exemple le romarin :

Pour un même plant, s’il est cultivé :

  • En Corse, l’huile essentielle de romarin contiendra de la verbenone, c’est une HE hepatostimulante.
  • Au Maroc, il fabriquera du 1,8 cineole qui est expectorant.
  • En Provence, il contiendra du camphre qui est décontractant musculaire, mais sera aussi, à forte dose, neurotoxique et abortif !!!

 

Si on cultivait en France la même citronnelle qu’à Java, elle ne fabriquerait pas d’huile essentielle. C’est le biotope qui fait l’HE.